Lardux Films

Après des études de lettres et de cinéma, elle a exercé la profession de scripte pendant plusieurs années. Pendant cette période, elle a réalisé un premier court métrage : « Le Ruban ».
Puis elle rentre dans une période d’activités télévisuelles, dans un premier temps en tant que scripte, puis en tant que réalisatrice.
Désirant développer des travaux plus personnels, elle a écrit et réalisé un premier film documentaire en 2005, « Pavillon de banlieue » .
Elle a ensuite passé plusieurs mois à l’Atelier Documentaire de la FEMIS pour développer le projet « Je vous écris du Havre ». qui a été produit par Barbara Le Vendangeur avec Lardux films en 2011.
Son nouveau film EN FRICHE après avoir reçu l’Aide à l’Ecriture et l’Aide au développement du CNC a été produit en 2014 et fini en 2015.
Parallèlement elle pratique la photo avec plusieurs projets en cours.


Son nouveau projet EN FRICHE vient de recevoir l’Aide à l’Ecriture du CNC

Filmographie chez Lardux

Un regard emouvant sur une ville emblême de la modernité
Je vous écris du Havre
2011, Courts Métrages, documentaires,

52mn, Version Originale Française Sous Titrée Anglais, DCP


réalisation : Françoise Poulin-Jacob

Septembre 44. En quelques jours, des bombardements anéantissent le centre du Havre.
A partir de 1948, une équipe d’architectes et d’urbanistes dirigée par Auguste Perret entreprend de reconstruire la ville.

Comment reconstruire quand tout est perdu ?
A quoi pense l’architecte devant un champ de ruines ?
Qu’est ce qu’une ville « idéale » ?
Cette modernité imposée, qu’est elle devenue ?

En 2005, Le Havre est classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Connaissez vous le Jardin Tropical du Bois de Vincennes ?
EN FRICHE
2015, Courts Métrages, documentaires,

54mn, Version Originale Française Sous Titrée Anglais, DCP


réalisation : Françoise Poulin-Jacob

Elle dit :
« Il faudrait déshabiller les mots qui racontent cette histoire : Exotisme/ jardin / acclimatation / carte /exposition / colonial pacification / mission / nation… »

Elle dit encore :
« Et aussi déshabiller les images qui racontent cette histoire, les cartes postales. On en choisirait quelques unes qui traceraient un sentier, ou un sens. ..Il faudrait aussi convoquer les acteurs-fantômes de cette histoire…. mais avant, il faut planter le décor. »